Biographie – Français

Rainer Rubbert, Foto: Susanne Schleyer
Photo: Susanne Schleyer

Né à Erlangen en 1957, Rainer Rubbert a grandi à Berlin.

De 1975 à 1981, il a étudié la composition musicale à l’École supérieure (aujourd’hui : Université) des beaux-arts de Berlin (HdK) sous la direction du professeur Witold Szalonek, maître dont la radicalité – résoudre les prétendues contradictions entre matériau musical avancé, cohérence dans la composition et liberté dans l’expression – l’a sensiblement influencé.

Rainer Rubbert a remporté de nombreux concours de composition et obtenu maints prix et distinctions.

En 1979, il a reçu le Prix Marcel Josse de l’Association des saxophonistes français. Plusieurs de ses œuvres de jeunesse ont été jouées lors de festivals internationaux tels que la Internationale Gaudeamus Musikwoche (Pays-Bas, 1980) et le Forum international de musique contemporaine (Varsovie, 1985).
En 1984, il fut lauréat de l’Office franco-allemand pour la jeunesse et en 1985 du Forum allemand des jeunes compositeurs de musique symphonique, à l’occasion duquel l’Orchestre philharmonique de Berlin a créé ses Bewegungen.
En 1986-1987, une bourse du gouvernement fédéral allemand lui permit de séjourner à la Cité Internationale des Arts de Paris.
En 1988 et en 1991, Rainer Rubbert obtint la bourse de composition du Sénat de Berlin et les œuvres qu’il composa à cette occasion furent créées par le Scharoun-Ensemble.
En 1989, son quintette à vent …des lignes raides fuient dans la nuit  remporta le 2e prix du Concours international de composition de Budapest.
En 1992, l’Académie des beaux-arts de Berlin lui décerna le Kunstpreis Berlin.
À l’automne 2002, il fut pensionnaire de l’Académie des beaux-arts de Berlin à la Villa Serpentara d’Olévano Romano (Italie).
En juin 2007, sa cantate Aus der Fremde a reçu le Prix Carl-von-Ossietzky du Concours international de composition de l’Université d’Oldenbourg.

Le premier opéra de Rainer Rubbert, Kleist (livret de Tanja Langer), a été créé en mars 2008 au théâtre de Brandebourg, dans une mise en scène de Bernd Mottl, l’orchestre des Brandenburger Symphoniker étant placé sous la direction de Michael Helmrath. L’opéra fut par la suite repris au Théâtre Hans-Otto de Potsdam et au Kleist-Forum de Francfort-sur-l’Oder.

En 2012, sa Musique pour décourager les rossignols a remporté le premier prix du concours international de composition mare nostrum, Premio Città di Fossacesia.
En 2013, lui a été conféré le célèbre Deutscher Musikautorenpreis (« Prix allemand des auteurs de musique »).
En 2016 il obtint une bourse de composition du Sénat de Berlin.

Les œuvres de Rainer Rubbert sont fréquemment jouées, autant lors des festivals berlinois de musique contemporaine tels que Klangwerkstatt, Randspiele, Kryptonale, Ohrenstrand ou Pyramidale, qu’ailleurs :
au Festival de printemps de Budapest (1989) ; au  Rainbow Music Festival de Katowice (1989) ; lors de l‘ Automne de Schreyahn (1990) ; lors de l‘International Rostrum of Composers (Paris, 1991) ; aux Inventionen de Berlin (1992) ; au Festival international des villes mozartiennes (Salzbourg, 1992) ; au Festival Schoenberg de Duisbourg (1993) ; au Silesian Art Festival (1995) ; à l‘Audio Art Festival (Cracovie, 1995) ; au Festival des musiques d’aujourd’hui (Marseille, 1995) ; aux Journées de musique contemporaine (Wurzbourg, 1997) ; à  antasten (Heilbronn, 1999) ; à l‘Exposition universelle de Hanovre (2000) ; au Festival INFront (Aix-la-Chapelle, 2003) ; au Tirana Autumn 2003 ; au Chengdu International Contemporary Music Festival (2004) ; lors de la Novembermusic (Essen, 2006) ; aux Nuovi spazi musicali (Rome, 2009) ; au Generator #16 (Zürich, 2009) ; au KlangZeitFestival (Münster, 2010) ; à la Musica in mostra (Turin, 2011 et 2012) ; aux 22e Świȩtokrzyskie dni muzyki (Kielce, 2014) ; dans le cadre d’Ultima – Oslo Contemporary Music Festival (Oslo, 2014), au Kharkiv contemporary Music Festival (Ukraine 2016),  au Perm International Contemporary Music Festival (Russie 2016), au Festiwal Muzyki Wspólczesnej Gdansk, Slaskie Dni Muzyki Wspóczesnej (Pologne 2016), à la Musiche in monstra Gênes (2016) et au Ulan Ude Contemporary Music Festival (Russie 2017)
ainsi qu’en Moldavie, en Corée du sud, en Chine, au Japon, aux États-Unis et au Brésil.

Des concerts-portraits lui ont déjà été consacrés à Paris en 1987, à Nuremberg en 2003, à Rome en 2004 (avec Nicola Sani), à Sofia en 2012, à Berlin en 2013 et à Heringsdorf en 2014 et à Munich en 2015.

Rainer Rubbert vit à Berlin.

En 1989, il a fondé Unerhörte Musik (« Musique inouïe »), série hebdomadaire de concerts de musique contemporaine qui ont lieu au BKA (Berliner Kabarett Anstalt). Il en est toujours le directeur artistique, ensemble avec le compositeur Martin Daske. Depuis vingt-cinq ans, Unerhörte Musik a donné environ 1000 concerts et a permis la création de plus de 1100 œuvres.

Rainer Rubbert est membre de l’association de compositeurs Atonale e.V..

Éditions :
Une partie des œuvres de Rainer Rubbert a été publiée par Editio Musica (Budapest), par le Verlag Neue Musik (Berlin) et par MAP Edizioni musicali di Milano.
L’opéra Kleist et le cycle de lieder Künstlerinnen l’ont été par la maison Ries & Erler Berlin.
Depuis 2017 ses œvres sont publiées par edition gravis.

 

 

Version courte

Rainer Rubbert, né à Erlangen en 1957, a grandi à Berlin.
De 1975 à 1981, il a étudié la composition musicale à l’École supérieure (aujourd’hui : Université) des beaux-arts de Berlin sous la direction du professeur Witold Szalonek, maître dont la radicalité – résoudre les prétendues contradictions entre matériau musical avancé, cohérence dans la composition et liberté dans l’expression – l’a sensiblement influencé.
Rainer Rubbert a remporté de nombreux prix et distinctions, notamment le Prix Marcel Josse en 1979, le Prix de composition de Budapest en 1989, le Kunstpreis Berlin en 1992, le Prix de composition Carl-von-Ossietzky en 2007, le Prix de la Cité de Fossacesia en 2012. Il a été pensionnaire du gouvernement fédéral à la Cité des Arts de Paris 1986-1987 et de l’Académie des beaux-arts de Berlin à la Villa Serpentara d’Olévano Romano en 2002.
En 1989, il fut l’un des fondateurs de Unerhörte Musik (« Musique inouïe »), série berlinoise de concerts hebdomadaires de musique contemporaine, dont il est encore un des directeurs artistiques.
En 2008 a été représenté son premier opéra, Kleist (livret de Tanja Langer).
En 2013, le Deutscher Musikautorenpreis lui a été décerné.
Rainer Rubbert vit et travaille à Berlin.